L'expert de la protection sociale des professionnels : Chefs d’entreprises – Commerçants – Artisans – Professions Libérales

Beaucoup d’infirmiers décident d’exercer en libéral en s’installant dans un cabinet ou en prodiguant des soins à domicile. En fonctionnant de cette façon, ils ne sont pas à l’abri d’un accident de travail pouvant les pousser à prendre un congé forcé. Aussi, comme cela arrive aux autres professionnels, un infirmier libéral peut tomber malade à n’importe quel moment. Alors pour faire face à un arrêt de travail ou une invalidité, ce dernier doit penser à souscrire une assurance santé. Il existe ainsi des contrats de prévoyance infirmière libérale offrant des garanties intéressantes proposés par Protection des Indépendants.

Un contrat de prévoyance infirmière libérale pour s’assurer un épanouissement socioprofessionnel

Si vous êtes un infirmier libéral, sachez que la signature d’un contrat de prévoyance est nécessaire pour vous assurer un épanouissement socioprofessionnel. Si vous êtes victime d’un accident de la circulation lors de vos déplacements ou si vous êtes malade, il est évident que vous ne pourrez pas bien exercer votre métier. Et vous serez obligé de débourser de l’argent pour bénéficier de soins, ce qui peut peser lourdement dans votre budget. Alors qu’un contrat de prévoyance infirmière libérale couvre les frais issus d’un éventuel problème de santé. Certains infirmiers, qui travaillent nouvellement en libéral, sont mal informés et pensent que la Sécurité sociale prendra en charge leurs frais de santé. À ce propos, retenez qu’une somme est versée seulement en cas de congé de maternité. La seule caisse qui intervient véritablement est la CARPIMKO. Toutefois, les indemnités accordées par celle-ci ne sont pas importantes. Pourtant en cas d’arrêt de travail, en plus de ses soins, l’infirmier libéral doit continuer à faire face à plusieurs dépenses fixes, comme l’impôt sur le revenu, les charges sociales ou encore le crédit de la voiture. Il est clair qu’il ne pourra pas s’en sortir d’où la nécessité de souscrire à une prévoyance. Notez qu’un tel contrat permet de faire une économie d’impôt puisque les cotisations effectuées sont déductibles du revenu imposable.  

Les garanties d’un bon contrat de prévoyance infirmière libérale

Lorsque vous entamerez des démarches en vue de signer un contrat de prévoyance infirmière libérale, vous verrez qu’il existe plusieurs offres chez Protection des Indépendants. Toutefois, les produits proposés par notre mutuelle n’octroient pas les mêmes avantages. Recherchez donc des contrats qui vous font bénéficier de plusieurs garanties. Par exemple en cas d’incapacité temporaire, ayez une préférence pour une indemnité journalière qui vous sera versée par jour, tout au long de la période d’arrêt d’activité. Il serait bon que votre contrat prévoie un complément pour votre conjoint ainsi que pour chaque enfant à charge. Un bon contrat de prévoyance infirmière libérale doit vous accorder une indemnité jusqu’à au moins 60 ans, s’il est attesté que votre invalidité est permanente et totale. Aussi, dans un tel cas, veillez à ce qu’un complément soit prévu pour votre conjoint et pour chaque enfant à votre charge, jusqu’à l’âge de 18 ans, voire 25 ans en cas d’études. Lorsque vous signerez votre contrat, vous pourrez être prévoyant en visant un capital décès. Notre organisme en propose et fixe les modalités de fonctionnement selon la situation familiale du contractant. Par exemple, il est possible qu’en cas de décès, qu’une rente mensuelle soit versée au conjoint jusqu’à 60 ans, à condition qu’il y ait eu au moins 2 ans de mariage. Une rente peut également être versée par enfant à charge jusqu’à l’âge de 21 ans ou 25 ans en cas d’études.

Une souscription via la loi Madelin

En tant qu’infirmier libéral, vous pouvez souscrire à un contrat de prévoyance en passant par la loi Madelin. Ce qui vous permettra de bénéficier d’avantages fiscaux. La loi Madelin est un dispositif qui permet de déduire de vos revenus imposables les cotisations que vous effectuez par rapport à votre contrat de prévoyance. Avec ce système, vous pourrez signer divers types de contrat de protection sociale, dont une assurance maladie-maternité et une assurance invalidité-décès. En outre, vous aurez la chance de bénéficier des mêmes prestations familiales que les salariés. Un autre avantage considérable de la souscription via la loi Madelin est la possibilité de signer un contrat en vue de s’assurer une belle retraite. En effet, vous pouvez passer par cette solution pour faire des cotisations en vue de vous voir verser,  plus tard, une rente lorsque vous ne serez plus opérationnel. Et plusieurs options ont été mises en place à cet effet. Par exemple si vous justifiez une incapacité permanente, vous pourrez bénéficier d’une retraite à taux plein sans être obligé d’attendre l’âge de 65 ans. Il est bon de savoir que la loi Madelin a mis en place une formule de retraite par points. Si dans l’exercice de votre métier d’infirmier libéral vous devenez invalide, des points peuvent vous être accordés afin que votre retraite soit plus rayonnante.

Quelques détails importants à vérifier avant de signer un contrat

Avant d’opter pour une offre de prévoyance infirmière libérale, vérifiez plusieurs points du contrat qui vous est proposé. Cela vous permettra d’éviter les pièges que cache souvent ce type de contrat. Intéressez-vous particulièrement à la nature des garanties. En effet, il y a des contrats qui ne couvrent que les accidents. La couverture n’est donc pas de mise en cas de décès. Et donc, si vous êtes victime d’accident et que cela aboutit, malheureusement, à votre décès, vos ayants droit ne bénéficieront de rien ! Avant de signer un contrat, faites également attention aux exclusions. Très souvent, les contrats de prévoyance infirmière libérale contiennent de nombreuses exclusions qui n’apparaissent pas de prime abord. C’est lorsque survient le drame que l’organisme vous présente un paragraphe qui empêche de vous faire profiter de la couverture. Par exemple, vous pouvez avoir fait un accident de la route après avoir bu un ou deux verres de vin. Votre assureur pourrait vous présenter un article disant que l’assurance ne prend pas effet en cas d’alcool au volant. Aussi, ne fermez pas les yeux sur la durée des prestations. Il existe des contrats accordant une prise en charge en se limitant à 12 mois consécutifs d’arrêt de travail. D’autres s’occupent de l’assuré jusqu’à l’âge de 60 ans alors que pour les professions libérales, la retraite est à 65 ans. Il est donc important de vérifier pendant combien de temps vous serez couvert afin de ne pas avoir de regret plus tard. En outre, penchez-vous sur le délai de carence, c’est-à-dire le temps minimal qui doit être écoulé avant que le contrat ne prenne effet en cas d’arrêt de travail temporaire ou d’invalidité permanente. Elle peut être de 3 jours ou atteindre plus de 90 jours. Il importe de faire attention sur ce délai pour ne pas être surpris ! Avec Protection des Indépendants, vous bénéficiez des meilleures offres sur le marché. Découvrez nos prestations adaptées à tous. Vous pouvez aussi obtenir un devis.    

Rétrolien depuis votre site.